Faut-il faire des Exercices d’Isolation au CrossFit ?

Crossfit et isolation.jpg

Un mouvement d’isolation est un exercice mono articulaire qui permet de précisément cibler un muscle. C’est notamment ce qu’effectuent les bodybuilder pour développer chaque muscle et ainsi avoir un certaine symétrie.

L’évolution musculaire au CrossFit

Tous les exercices de CrossFit sont poly articulaires, de ce fait, plusieurs muscles participent dans chaque mouvement. Par exemple, lors des push press, les triceps, les pectoraux et les deltoïdes participent à ce mouvement. Il s’agit de cette synchronisation musculaire qui permet le mouvement, toutefois, elle se rapproche plus d’une concurrence musculaire. En effet, certains groupes musculaires prendront l’avantage sur certains exercices. Cela va donc déboucher sur l’émergence de points forts et points faibles.

La problématique commence ici car les points faibles ne vont concrètement jamais refaire leur retard. En effet, si vos triceps sont un point fort (souvent long), il vont prendre beaucoup de tension sur les exercice de développés au détriments des deltoïdes ou pectoraux (souvent court).

L’isolation au CrossFit

L’idée serait par conséquent d’aplanir la situation en travaillant en isolation les points faibles, ce qui permet de trouver un certain équilibre, notamment autour des articulations  et surtout pour ne pas créer de déséquilibres.

Mon observation sur le CrossFit est qu’il y a beaucoup de développés (push press, jerk, HSPU) par rapport aux tirages. On peut considérer que cela dépend de la programmation et qu’il faut avoir une vue d’ensemble sur la progression, toutefois, à mon avis, la tendance met en retrait les tirages. Il serait par conséquent utile de mettre plus de volume sur ces derniers en particulier pour la santé des épaules.

Si l’isolation peut être un outil, visant à équilibrer les forces autour d’une articulation, elle peut aussi être une aide pour la performance. L’objectif dans ce cas est de travailler en isolation certains muscles qui vont aider lors des mouvements poly articulaires. On peut prendre l’exemple des triceps au développé couché, ou des biceps pour les montées de corde. On considère ce travail comme accessoire (accessory work) ou de renforcement.

L’article en format vidéo

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :