Squat: Le Problème de Rétroversion du Bassin – Buttwink – Partie 1

Le Buttwink est un sujet à controverse dans le domaine de la force et du conditionnement.

En fait, de la façon avec laquelle vous entendez les coachs en parler, on s’attendrait à avoir une grande richesse de preuves négatives en terme de performances ou de risques de blessure.

En réalité, le Buttwink n’a que peu été traité dans la littérature scientifique.

Dans cet article, je vais expliquer ce qu’est le Buttwink, mettre en avant les théories actuelles sur la présence de ce problème chez certaines personnes, détailler les implications en terme de performance, commenter dans quels cas cela peut mener à des blessures et finalement faire des hypothèses pour réduire ce phénomène en toutes profondeurs de squat.

Qu’est-ce que le Buttwink?

Il s’agit d’une rotation postérieure du pelvis au moment où un individu fléchit les genoux et les hanches, cela lors de l’exécution d’un squat. Chez certaines personnes, le pelvis va commencer à effectuer une rotation lorsque la personnes passe au dessous la parallèle au squat et parfois même avant ce stade.

Cette rotation coïncide avec le moment où la colonne vertébrale se fléchit au niveau lombaire, du fait que le pelvis soit étroitement lié au rachi (Levine & Whittle, 1996).

L’image ci-dessous illustre un exemple exagéré de Buttwink. Sur l’image de gauche, Adam a le pelvis en rétroversion ce qui entraine la colonne dans une position fléchie. À droite, il montre une position lombaire en légère lordose en plus d’une petite antéversion du pelvis (exécution normale).

Buttwink

Adam nous démontre un squat à la barre avec et sans Buttwink

Il est très surprenant qu’on ne trouve que très peu d’informations sur le buttwink lors du squat. McKean et al. (2010) font référence dans leur étude à la position des lombaires et du sacrum lors du squat et commentent que le Buttwink fait partie de l’exécution du squat chez certaines personnes.

Les causes du Buttwink

Les raisons sont encore peu claires.

Il y a deux théories principales (ainsi que plusieurs petites) qui sont la théorie de la structure et celle de la flexibilité. À l’interieur de cette dernière, il y a plusieurs facteurs conséquents au manque de flexibilité.

Première théorie – La structure

La théorie structurelle est que la tête fémorale entre en contact avec le bord supérieur de l’acétabulum lorsque la personne descend en squat.

Si l’athlète continue à descendre après ce point, le pelvis aura besoin d’effectuer une rotation postérieur (rétroversion) sur la tête du fémur pour pouvoir faire le mouvement. Comme le pelvis est lié à la colonne vertébrale, cette rétroversion du bassin mène à une perte de la position normale des lombaire ainsi qu’une flexion de cette partie lombaire.

Il y a beaucoup de facteurs anatomiques qui ont été soutenus pour leur influence sur l’amplitude de la flexion de hanche. Dans la littérature scientifique, les deux raisons principales sont l’angle d’antéversion fémoral et l’angle d’antéversion acétabulaire.

L’angle d’antéversion fémoral

Ce dernier est défini par l’angle entre deux lignes tracées en regardant une personne vers le bas, directement depuis le dessus de sa tête: l’axe du genou et l’axe du col fémoral sont les deux lignes en question. Comme indiqué ci-dessous:

Femoral-anteversion-angle
Schéma grossier de l’angle d’antéversion fémoral.

Pour comprendre ce schéma, vous devez imaginer que vous être entrain de regarder une personne depuis le haut alors qu’elle est debout. L’axe du genou est une ligne sur le plan frontal qui passe entre les condyles au niveau du genou. L’axe du col fémoral est une ligne tracée depuis le centre de la tête fémorale jusqu’au centre de la base du fémur (Kim et al., 2000; Cibulka, 2004).

Dans une étude D’Lima et al. (2000) ont modélisé les deux angles: d’antéversion fémorale et acétabulaire. Ils ont trouvé que l’augmentation de l’antéversion fémorale augmentait l’amplitude de la flexion de hanche, mais réduisait l’extension de hanche.

Il existe une grande variation inter-individuelle (Zalawadia et al., 2010) et même une variation intra-individuelle (Higgins et al., 2014) avec l’angle d’antéversion fémorale. Cela suggère que certaines personnes éprouvent plus de difficultés avec ce facteur (anatomique) que d’autres.

L’angle d’antéversion acétabulaire

L’angle d’antéversion acétabulaire est également défini comme un angle entre deux lignes tracées, cela en regardant une personne vers le bas depuis le dessus de sa tête: la ligne entre les bords antérieurs et postérieurs des condyles (ligne acétabulaire) et le plan sagittal (Maheshwari et al. 2010) sont les axes en question. Comme indiqué ci-dessous:

Acetabular-anteversion-angle

Schéma approximatif de l’angle d’antéversion acétabulaire.

Cette antéversion acétabulaire mesure souvent autour de 15 degrés, mais cela peut varier.

Comme noté ci-dessus, D’Lima et al. (2000) ont modélisé les effets du changement d’angle d’antéversion acétabulaire. Ils ont constaté que cette augmentation de l’antéversion  augmente la flexion de la hanche et diminue l’extension de la hanche, en quantités variables (cela également en fonction de l’angle d’abduction acétabulaire).

Ils ont trouvé que l’amplitude de la flexion de la hanche pouvait être aussi basse que 75 degrés avec 0 degrés d’antéversion acétabulaire ou d’antéversion fémorale, mais aussi élevée que 155 degrés, avec 30 degrés d’antéversion acétabulaire ou d’antéversion fémorale. Une augmentation du diamètre du col du fémur de seulement 2 mm permet de réduire l’amplitude de flexion de la hanche de 1,5 à 8,5 degrés selon la direction du mouvement.

Retrouvez la deuxième partie de cet article dans quelques jours. Au menu, la deuxième théorie sur la flexibilité, le risque de blessure et les solutions au Buttwink.

 

Auteur: Daniel Mee

Source originale de l’article: https://www.strengthandconditioningresearch.com/perspectives/buttwink/

Traduction: Léonard Pedimina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :